Cendrillon : Disney a réussi son film

Cendrillon

J’ai eu l’occasion d’assister à l’avant-première de Cendrillon la semaine dernière grâce à Goldfish. Je ne pensais pas vous en parler et ça n’a rien à voir avec Disney en tant que tel. Cependant, dans sa version dessin animé pour enfants, disons que Cendrillon serait, pour plusieurs d’entre nous (dont moins), un amalgame de stéréotypes. Il est en salle depuis le 13 mars et, après l’avoir vu, je vous le recommande sans gêne! Allez-y en famille, je crois sincèrement que chacun y trouvera son compte et je vous explique pourquoi.

Le personnage de Cendrillon

Une des principales forces du film est le personnage central de l’histoire. Dans le dessin animé, je trouve que Cendrillon fait pitié alors que dans le film, il s’agit d’une jeune fille qui fait un choix. Accepter les humiliations quotidiennes de sa belle-mère et de ses filles est une façon de tenir la parole qu’elle a donné à ses parents. Elle est maîtresse de son destin, aussi difficile soit-il. Elle est intelligente (plusieurs scènes l’illustrent bien), persévérante et, s’assure de faire preuve de bonté et de courage en chaque occasion, comme promis à sa mère. C’est un personnage fort porteur de nobles valeurs. En passant, le prince a aussi les bonnes valeurs à la bonne place. Des comme ça, on veut bien en rencontrer! 🙂

Les valeurs

Les valeurs de gentillesse et de courage sont étroitement imbriquées dans la trame du film. Comme un fil conducteur, elles le ponctuent en se matérialisant dans diverses scènes. Elles sont également verbalisées, ce qui renforce le message véhiculé. Si la gentillesse et le courage sont les principales valeurs sur lesquelles on mise, il n’en demeure pas moins que vous trouverez largement matière à discussion avec vos enfants : la mort (de la mère puis du père au tout début du film), la promesse (s’engager à dire ou faire quelque chose), la méchanceté, l’amour, la malhonnêteté sont parmi celles que vous pourriez aisément aborder.

Le traitement de la magie

C’est probablement cet aspect qui m’a le plus impressionnée. Lucifer, Gus et compagnie…sont exactement ce qu’ils sont: un chat, une souris, etc. Pas question de les faire parler. Cependant, cela ne dénature pas pour autant le dessin animé connu et appris par coeur par nos enfants. La parole des animaux est remplacé par le lien de confiance et le naturel avec lequel Cendrillon s’adresse aux animaux, comme si elle les comprenait (plutôt que, comme s’ils la comprenaient!). En fait, le film nous rappelle que la magie est présente dans les petits bonheurs de la vie. Le seul moment où il a fallu la faire intervenir pour vrai, c’est lors de la scène précédant le départ pour le bal. Par contre, c’est très habilement amené pour les adultes qui regarderont le film. Le jeu des actrices, les textes, etc. Tout y est! Bon ok, il y a aussi le fait que la pantoufle n’allait à personne dans le royaume aussi…mais rendu là, vous serez sous le charme depuis bien longtemps!

Petits potins

J’ai appris par ma blopine Josianne de êtreradieuse.com, que la robe de bal de Cendrillon avait nécessité 5 km de tissu. Non….ce n’est pas une erreur de frappe, vous avez bien lu 5 km et non 5 m. C’est fou?

Pour la pantoufle de verre, et bien ce n’est rien de moins que du cristal de Swaroski qui a été taillé pour faire la paire de talons. Ça devait peser son poids!

Irez-vous le voir?

Tags: , , , , ,

Author:Fedwa Lahlou

Communicatrice, globe trotter, épicurienne et croqueuse de chaussures qui tente l'aventure de la maternité et qui parle de tout.

Les commentaires sont fermés.

%d bloggers like this: