7 conseils camping pour un séjour dans les parcs de la Sépaq

Voici le troisième billet d’une série sur le camping et le prêt-à-camper dans les parcs de la Sépaq. Suivez le blogue cette semaine pour d’autres billets camping!

Les parcs nationaux de la Sépaq sont un superbe environnement pour découvrir la nature. Bien que tous les employés que vous côtoierez soient hyper-sympathiques et prêts à tout pour rendre votre séjour agréable, il reste que nous sommes considérés comme des visiteurs assez autonomes et responsables. Si c’est votre première fois dans un parc national de la Sépaq, voici quelques conseils camping et trucs qu’il est bon de savoir pour agrémenter votre séjour!

7 conseils camping pour un séjour dans les parcs de la Sépaq | lavietoutsimplement.com #parcsquebec

1. Bien regarder la carte du parc avant de réserver

Prenez le temps de regarder la carte du parc et de vérifier si les actitivités que vous souhaitez faire sont dans le même secteur que l’hébergement que vous êtes en train de réserver. Parfois, un parc peut avoir plusieurs secteurs qui semblent près l’un de l’autre (le Parc du Mont-Tremblant par exemple). Par contre, sur une route en garnotte, les quelques kilomètres se transforment rapidement en balade de 45 minutes.

 

2. Bien regarder la description du site avant de réserver

De la même façon, prenez le temps de lire la description du site de camping ou du chalet. La capacité des sites est différentes. Si vous voulez installer un abri de cuisine à côté de votre tente, assurez-vous d’avoir la place. Quelques trucs à vérifier quand vous convoitez un site :

  • La capacité du site : petite tente, grande tente, place pour un abri?
  • L’accès au site : est-ce que vous devez vous rendre sur votre site en canot ou est-il accesible en voiture? C’est important à savoir!
  • Ensoleillement ou ombre? Si le site est complètement dégagé, il fera très chaud, très tôt en été dans la tente.
  • Site offrant « une grande intimité » ou « aucune intimité ». La différence entre vous penser seuls en forêt et voir tous les voisins qui passent pour aller au petit coin.
  • La proximité d’une toilette sèche ou du bloc sanitaire. Et si vous ne voulez rien savoir de la toilette sèche, pensez à être près du bloc sanitaire parce qu’à trois heures du matin dans la nuit noire, ça peut être long traverser le camping avec une frontale.

Si vous n’êtes pas certains, la réservation peut se faire par téléphone!

Et oui! En ces temps d’internet pour tout, on tend à oublier le téléphone. Les agents de la Sépaq se feront un plaisir de vous aider à réserver le site qui vous conviendra le mieux, et pourront également bien vous informer sur les différents secteurs du parc et du camping que vous considérez. Ce peut être un atout non négligeable si vous ne connaissez pas le parc dans lequel vous souhaitez camper.

 

3. Faites le plein de 25 cennes

Les douches fonctionnent habituellement à coup de 25 cennes! Ce n’est pas pour tarifer outre mesure votre rituel matinal, mais bien pour assurer la conservation de l’eau, particulièrement dans des endroits qui ne sont pas super accessibles. Petit truc : on met un 25 cenne pour se mouiller et on se savonne quand l’eau s’arrête. Ensuite, on ajoute un 25 cennes pour se rincer, et on dépense le reste si on veut se gâter (mais on reste raisonnable!).

 

4. Le bois s’achète sur place, prévoir allume feu et de la patience

On ne transporte pas du bois de chez soi (ou d’ailleurs) pour faire un feu au camping. Cela évite de propager des maladies et insectes parfois présents dans le bois de chauffage qui pourraient se propager à d’autres endroits.

La Sépaq vend du bois pour les feux de camp surplace. Par contre, le bois vendu par la Sépaq est plutôt humide. Prévoir un peu de patience et plusieurs allume-feu (fournis avec l’achat de bois) ou feuilles de papier pour bien partir le feu.

 

5. Apportez des guimauves!

Parce qu’une nuit en camping sans guimauve grillée, c’est triste! Et vendredi, je vous donnerai une autre raison d’apporter des guivmauves.

 

6. On range la bouffe dans la voiture (surtout les guimauves!)

Je vous raconterai un jour la fois ou nous avions oublié le sac de guimauves sur la table à pique-nique en allant aux toilettes… quand nous sommes revenus, il y avait d’inquiétants grognements et les batteries de nos lampes de poches ont mourru (oui! des deux lampes de poche, en même temps!). On n’était pas fiers…

Bref, la bouffe, c’est dans la voiture ou dans le frigo si on est en Huttopia ou en yourte si on veut éviter des rencontres désagréables avec les animaux, et gérer les dégâts!

 

7. Prévoir de l’eau potable 

Les points d’eau dans les camping fournissent habituellement de l’eau non traitée pour faire la vaisselle. Pas pour boire. Il faut apporter son eau potable.

Évitez de vous retrouver à court d’eau! La règle chez nous : 4 litres par couple par jour, plus un extra pour les enfants maintenant. Et si vous prévoyez de longues randonnées, apportez-vous une gourde pour transporter de plus petites quantités avec vous.

 

 

Et vous, quel est votre truc préféré ou votre meilleur conseil?

Partagez-le dans les commentaires! On veut vous lire!

Tags: , , , , , ,

Author:Stéphanie Rault

J'aime les découvertes culinaires : nouvelles recettes, ingrédients, restaurants. Photographier ces découvertes fait également partie des mes passions, tout comme les partager.

Les commentaires sont fermés.

%d bloggers like this: